Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Recherche

14 septembre 2007 5 14 /09 /septembre /2007 20:44


Vite un petit moment pour vous! Un poème  écrit à un moment où je me rendais compte que j'avais encore du travail à faire pour me trouver moi-même, me débarrasser de vieilles habitudes du passé, comportements inculqués dans l'enfance, craintes, de choses que l'on s'imposent ou qui furent imposées par les autres, les plus proches très souvent, ceux que l'on aiment et que l'on ne veut pas décevoir.




Combien de mal est fait par amour ....!!

Et avec les meilleurs intentions du monde, à autrui (les plus proches...) , ainsi qu'à soi-même!


Combien de mal est fait par loyauté ...!

(c'est malheureusement surtout le cas des enfants qui ont une loyauté énorme et souvent destructrice pour eux-mêmes envers leurs parents), par ignorance aussi,  à soi-même et aux autres


Pour s'en rendre compte, il faut oser se regarder en face, admettre, s'accepter comme on est, et ne plus se croire parfait, ayant toujours raison même si cela se pourrait parfois. Oser être soi-même avec ses défauts tout autant que ses qualités. Mais aussi être bienveillant envers soi-même et admettre que l'on est pas le bon Dieu tout en étant heureux. Il faut y travailler.


Le dire en poésie ...



DEBLAYE


Pas à pas je suis le chemin vers moi
Je déblaye les couches de neige vieille
Déposées par d'autres qui de là-haut me veillent.
Leurs mots me pèsent, m'oppressent, me compressent.
Ce surmoi, imposé de surcroît, est encore plus fort que moi
Mais ce n'est plus, pas moi de porter leur histoire,
De m'imprégner de leurs déboires

Alors, je prends cette pelle et déblaye.
Je prends le sceau et lave à grandes eaux
Peurs, reniements, crispations, atermoiements.
Je jettes la neige vieille et déblaye.
Lave, racle, égrise, précise
Sans égards pour leurs regards

J'oeuvre à mon bonheur car c'est l'heure
Incrédule devant ma fortune ...



Un Pastel pour le dire:

AMOUR MATERNEL OU PATERNEL AUSSI



numeriser0014.jpg





Partager cet article

Repost0
10 septembre 2007 1 10 /09 /septembre /2007 21:12



Me revoilà après quelques jours passés à la montagne et dans un bain thermal nommé OVRONNAZ  (dans les ALPES SUISSES - le VALAIS plus précisemment) pour me reposer car j'en avais bien besoin. La chance fut avec moi car il a fait un temps superbe, bien chaud si bien que j'ai pu parfaire mon bronzage avant l'arrivée de l'automne. J'avais vraiment besoin de ce repos car je dois trouver un autre appartement, le propriétaire du mien m'ayant notifié la résiliation de mon bail le 31 juillet pour le 31 octobre - c'est court. Et même si je fais opposition et demande une prolongation, ce qui signifie tracasseries juridiques, tensions perpétuelles que je n'aimerais pas devoir supporter car je n'ai pas la mentalité pour - j'aime les situations claires et nettes - je dois malgré tout chercher, déposer des dossiers partout, appeler, éplucher les journaux, Internet, etc... y penser quotidiennement car il n'y a pratiquement rien sur le marché et les prix grimpent!!! Donc ça ne va pas s'améliorer avec le temps.

Les matins mon mobile me réveille par un message d'un site immobilier me disant qu'il y a un seul appartement à louer sur tout Genève ! Un seul ou même pas un, vous voyez un peu!!!


Par un miracle il me fut proposé un appartement dans ma région car il faut que je reste près de ma fille malade comme vous savez ou ne savez pas, c'est ma responsabilité de mère, et  bref, d'autres conditions vitales pour moi. Alors je fais du forcing tous azimuts pour l'obtenir et c'est un stress infernal car il y a déjà 30 personnes dessus et il serait  en fait déjà attribué, avant même d'être mis sur le marché. à un riche monsieur par le locataire qui est parti  habiter à Berlin en emportant la clé afin que  plus personne d'autre ne puisse visiter l'appartement. Vous voyez un peu la situation ...!  Et voilà que moi j'arrive, recommandée, choise par le propriétaire  de l'immeuble qui  par pure humanité, vu ma situation familiale et  mes malheurs précédents. C'est la pure vérité, ça existe encore!!! Et ils ne vont même pas augmenter le loyer tandis qu'ailleurs les prix prennent l'ascenseur - raison de la mise en vente de mon appartement. Alors, souhaitez-moi bonne chance et j'obtienne cet appartement-miracle car j'en ai vraiment besoin!!! Il me faut toutes les aides possibles.!

En plus de ça, je suis très très demandée pour des cours de langues, voire même surchargée mais c'est plutôt une bonne chose.

Et dernièrement et c'est ce qui me cause le plus de soucis, ma fille ne va pas bien, vraiment pas et je suis tellement impuissante face à cette maladie. Elle me dit qu'en fait elle est déjà morte et que ce n'est pas elle que je vois, que je dois l'empêcher de "perdre la boule complètement" et, la pauvre, a si peu d'énergie qu'elle est obligée de rester couchée durant des heures. Les maladies psychiques "mangent" l'énergie de la personne et elle tourne en rond dans ses pensées déconnectées, cherchant une issue désespérement. C'est vraiment un crêve-coeur dans lequel je ne dois pourtant pas me fourvoyer sinon j'y passe moi aussi.




Et, en plus, UNE LECTURE EST EN PREPARATION ET LA PREMIERE REPETITION A DEJA EU I!! Je vous en parlerai bientôt. Mais ça c'est du plaisir même si c'est du travail!!


Voici, un peu la situation d'une dame vivant seule qui fut amenée par la vie à devoir se battre sur tous les fronts, seule, de devenir par là-même de plus en plus forte et sûre d'elle-même qu'elle le veuille ou pas - c'est ainsi!!




Pas de poème aujourd'hui mais un pastel intitulé  COLERE SOUS CONTRÔLE (colère par exemple contre le propriétaire de mon appartement car il a bien fait expres de m'envoyer la résiliation durant les vacances afin que je rate la date d'opposition et de me mettre dehors comme une malpropre en me laissant seulement trois mois!!!!)

Remarquez le choix des couleurs vives, la dynamque puisque le tout part d'un angle, en rayons griffonés, donc par gestes abruptes dénotant par eux-mêmes un sentiment vif, et les traits noirs par dessus signifiant le contrôle sur tout ça car il y en a trop. Ce pastel fut effectivement peint en me souvenant de la colère accumulées après le divorce que mon ex-mari demanda et la façon dont celui-ci se déroula , etc.. une si grande colère et rage s'accumulèrent qu'il valut mieux les garder sous contrôle un certain temps.




COLERE SOUS CONTROLE




numeriser0036.jpg






Partager cet article

Repost0
30 août 2007 4 30 /08 /août /2007 21:11

Suite à l'article précédant  dans lequel je prétendais que ls hommes et les femmes ne sont pas si différents dans l'essentiel, je poursuis en parlant de cet état de fait dans le cadre de la relation charnelle. La passion oblitère tout et nous rend  si semblables, si complémentaires, les deux désirant la même chose finalement ...!


P.S.
Mais avant de  vous écrire ce poème, j'aimerais m'excuser auprès de vous car j'ai remarqué que les photos des vieilles voitures d'un de mes articles précédants n'apparaissent pas bien qu'elles étaient visibles au départ. J'essayerai d'y remédier dès que j'aurai un moment. 

Alors le poème:



ABSOLUMENT ABSOLU


Passion physique
N'es-tu que chimique
Ou un mystère de la terre entre deux sphères
Que rien n'explique
Dont un rien déclenche le déclic
Exigeant réplique.
Es-tu un fantasme, la plus intime des visions
Trouvant son pendant dans un autre inconcscient?

Elan charnel, force qui appelle
Exigeant rappel, faisant fi de la raison,
Ayant son propre horizon,
tu es un absolu irrésistible qui de tout nous absout
Dont l'appel est absolument absolu

Le silence entretien ton suspens, l'attente augmente le manque
La passion se nourrit d'elle-même
Son engagement est le plaisir suprême
Retour au sources, à la matrice protectrice, aquatique
Au donner vie, au concevoir, au ressourcemetn suscitant renouvellement

Hommes et femmes sont complémentaires et non contraires
Dans la communion de l'ultime communication,
Négociation entre deux sphères liées par la chair
Passion déchirant le voile des apparenaces, des convenances
Vision correspondant à l'inconscient le plus profond



Partager cet article

Repost0
28 août 2007 2 28 /08 /août /2007 20:37



Connaissez-vous LES LIVRES sur MARS ET VENUS  énumérant les différences entre hommes et femmes qui seraient si grandes et contraires.Je vous dis que ce n'est pas tant vrai que ça même si je suis d'accord quand à l'expression, la façon d'agir et de s'exprimer qui, certes, peuvent créer des abîmes d'incompréhension dont j'ai fait l'expérience, croyze-moi, mais, mais...


Au fond du fond, surtout lorsque  les enfants , le désir d'enfants et de sécurité pour eux, le désir de sécurtié tout court n'est plus l'essentiel,



nous ne sommes pas si différents car nous cherchons tous l'amour, l'âme soeur, la tendresse (et oui, aussi les hommes) , la sensualité, la passion,  la compréhension, la reconnaissance!, l'attention, l'affection, l'amitié , le respect et que sais-je encore, la liste étant longue.


Non, messieurs, les femmes ne sont pas si différentes même si des siècles de soumission nous ont "déformées"  et que chez vous des siècles de virilité forcée vous ont également "dressés". 



Nous avons finalement l'occasion aujourd'hui d'être nous-mêmes pour autant que nous le désirons et de trouver notre équilibre propre, notre harmonie propre, de ne plus vivre dans des carcans pré-établis à moins que nous le désirions et qu'il snous conviennent parfaitement, ce qui est fort possible.




Je constate néanmoins qu'en nous octroyons la liberté et la reconnaissance mutuelle d'être nous-mêmes,  nous nous ressemblons énormément.



Voici un petit poème qui en parle




SI CONTRAIRES ?


Femme, puits de mystères
Puits de misères
Comment te saisir sans te déplaire,
Comment bien faire?
Tu es  l'insondable, l'Incompréhensible, l'Insubmersible,
Tu es le contraire si complémentaire

Vraiment tant que ça le contraire?
Tu as tout autant ton ego,
Des besoins, des désirs que, oui,
Tu exprimes si autrement
Mais, au final, on se retrouve identiques, même si contraires
On se retrouve homme et femme à s'écouter nos différences,
Au fin fond si peu dissemblables
Ou à passer outre comme un bulldozer -
Victimes, maîtresss, maîtresse, opprimé ou vainqueurs
Selon l'arrangement des coeurs
Cherchant leur âme soeur

L'humanité est un grand supermarché
Dans lequel on se sert, goûte, découvre, prend ses habitudes
Hommes et femmes sont si semblables
Et pourtant des contraires complémentaires.
Nonobstant, nous sommes tous des affamés,
Nous les cabossés!














Nousnti_bug_fck

Partager cet article

Repost0
25 août 2007 6 25 /08 /août /2007 10:16
Fantasme.jpg




UN FANTASME



 
Suite au poème sur le FANTASME - voici L'AQUARELLE  qu'il m'a inspiré!  Joli, non? Parfois, lorsqu'on est dans un creux,  il vaut mieux se nourrir  d'un fantasme agréable  qui peut soutenir plutôt que de sombrer dans  une réalité trop dure pour le moment. C'est fou  ce que cela peut aider, J'en sais quelque chose puisque  l'idée de l'amour m'a nourrie durant quelques temps  avant de devenir une réalité.

Par contre, il faut savoir en sortir , du fantasme, s'en défaire et ne pas y rester acroché, sinon on  ne vivra jamais dans la réalité et restera skotché à cet idéal vaporeux, délicieux, auquel on prête toutes les qualités et aucun défauts. ...!

Relisez le poème parlant du fantasme!

À l'origine du fantasme est un désir, cela peut être de la femme ou de l'homme idéal ou aussi d'un voyage magnifique, d'une oeuvre que l'on aimerait réaliser. On ne l'appellerait alors plus un fantasme mais finalement, il est du même ordre, un désir pressant que l'on poursuit sans relâche, qui reste au fond de notre tête, qui ne nous lâche pas. Parfois il nous décevra, parfois il sera exactement ce que l'on imaginait et parfois il nous fera retrouver la réalité et ainsi s'accomoder de la vie telle qu'elle est (ceci concerne surtout les jeunes idéalistes), se retrouver dans le réel du quotidien avec suffisamment de satisfaction pour en voir la beauté.

Partager cet article

Repost0
19 août 2007 7 19 /08 /août /2007 21:44
Un poème sur LE FANTASME - vous connaissez, un fantasme, une idée obsédante qui n'est pas de la réalité mais la réalite personnelle, intime est incorporée dans une forme réelle mais en même temps irréelle car elle n'est que nos propres envies et désirs personnifiés.




Un fantasme peut-il être une réalité, prendre vraiment corps ou reste-t-il quelque chose d'imaginaire ? La question reste ouverte




LE FANTASME


Un fantasme me poursuit jour et nuit
En moi il gît
Je l'enrobe de toutes mes envies
Il est si désirable, si vaporeux, si soyeux
Si dense de mes désirs en silence
Je le vois quand j'ai envie
Il envahit ma vie

Il est si discret et pourtant tellement concret
Je l'habille et le déshabille de mes intimes envies
Il est de ma chair
Il est mon rêve le plus cher
Mon désir le plus intime
Est de lui donner chair
Il est ma réalité en vérité tant rêvée

Mon fantasme me prend, me suit
Me sourit dans la vie
De mes intimes appels il est si dense
Avec lui je danse

En moi il vit
Mon âme il a pris
Il est mon intime musique entêtante
Douce, infinie sarabande
Avec lui dans mes envies je danse


Eh oui, un fantasme c'est très prenant! Attention de ne pas se laisser prendre!




Et voici quelques photos, il y en aura plus dans les articles suivants, de voitures des années 60 et 70 que j'ai prises, certes pas excellentes, de la parade des voitures 60-70ties durant les Fêtes de Genève mi-août passé dont je vous parlerai aussi prochainement.
Commençons par LES GROS CHARS AMERICAINS, INCROYABLES MAIS VRAIS!
Ne font-ils pas partie du fantasme de l'Amérique d'autrefois, la grande Amérique dont tout le monde rêvait. Mon père en avait une, forcément nous étions cinq enfants, il fallait de la place et nous habitions aux U.S.A., en Californie, Los Angeles. Je peux vous dire que c'est très confortable et facile à conduire mais alors l'essence ....! C'était une décapotable turquoise et blanche Oldsmobile et en Tunisie où nous avons habités après, les gens des villages de l'intérieur accourraient au bord de la route pour nous applaudir croyant que cela pouvait être le Président! C'était tout de même une voiture fantastique!

Je suis  vraiment désolée mais j'avais mis les meileures photos au début mais,bienqu' apparues lors de l'écriture de l'article, elles se sont effacées d'une façon mystèrieuses ( l'administration du blog m'a inclue dans les blogs bénéficiant d'un mode avancé plus performant et peut-être que durant ces changements les images ont disparues) et comme je les ai éliminées de mon album photo tout de suite après, je ne peux plus vous les remettre. C'est dommage car il y avait de vieilles Harley Davidson, la grosse voiture de pompiers, la toute grosse américaines toute peinte à la Western, la petite coccinelle de la Police Genevoise ... et d'autres photos de petites teuf teufs. Alors voicie ce qui me reste:

geneve-2007-157.jpg

geneve-2007-160-1.jpg

geneve-2007-158.jpg

geneve-2007-156.jpg

geneve-2007-151.jpg

geneve-2007-108.jpg

geneve-2007-111.jpg
geneve-2007-107.jpg
geneve-2007-112.jpg

geneve-2007-118.jpg

geneve-2007-115.jpg


















La voiture de sport classe avec tou l'attirail. Je ne connais pas les marques alors à vous, messieurs, de reconnaître ...




Partager cet article

Repost0
16 août 2007 4 16 /08 /août /2007 13:14
Et pourquoi pas, à nouveau une fois, un POÈME D''AMOUR, thème éternel, inépuisable ...



AU-DELÀ

À peine en un murmure
Ils se murmurent
À peine en un silence
Il se susurrent
Ces mots du quotidien
Ils sont ensorcelés, métamorphosées, transhumés
Dans un temps au-delà du temps
N'existant que dans une hémisphère
Au-delà de la terre
C'est de l 'amour l'ailleurs

Ils se rejoignent, s'unissent dans une douceur
Des profondeurs aquatiques, abysse océaniques
Ou de la création l'éruption en magma volcanique
Coulant dans leurs tréfonds
Fusion au delà de la raison

Ils se guident, l'un suivant l'autre, le précédant
Toujours en union
Sans mots, sans raisons
N'écoutant que cet appel les propulsant au-delà du temps,
De toute notion, dans une autre dimension

Ils se rejoignent, se tranfoment en unité
Ils ne sont qu'un
Que dis-je, ils sont plus qu'un
Ils planent au sommet de l'un à deux



C'est beau n'est-ce pas!



Et un de mes pastels pour accompagner de poème:




PREMIER AMOUR




























NOUVELLE:


J'ai été très aimablement accueillie au sein du

CERCLE DES POÈTES DE LA                   CITE ,                GENÈVE



Cercle prestigieux ayant comme sponsors

la BANQUE ROTHSCHILD, la FONDATION WILSDORF, LA FONDATION BAUR et LA VILLE DE GENEVE

C'est donc un honneur pour moi de figurer parmi ces poètes choisis.

Une publication commune par une maison d'édition importante ainsi qu'une lecture dans un lieu prestigieux sont prévus pour l'année prochaine. Je vous en donnerai des nouvelles en temps voulu.

 Vous voyez, parfois l'attente est la meilleurs des actions!

Et encore ... lundi je verrai pour une

LECTURE DANS UN CAFE LITTERAIRE DE CAROUGE, GENÈVE pour le mois d'octobre

 et cette fois-ci je crois que ce sera la bonne - peut-être avec accompagnement de guitare, ce serait parfait,. J'ai un sponsor important dont j'avais fait la connaissance lors de ma première lecture et qui a pris cette initiative pour moi car il est convaincu de la valeur de mes écrits. Et là, ce sera feu vert et action!


Et encore toujours ... J'ai oublié de vous dire que quelques uns de mes poèmes seront très prochainement publiés dans une



REVUE LITTERAIRE VAUDOISE   nommée AXOLOTL -  PUBLICATIONS


Dont l'éditeur n'est rien d'autre qu'un des

responsables de la
SOCIETE DES ECRIVAINS VAUDOIS.


Tout se fait en son temps, lentement mais sûrement si les choses font leurs preuves et .... aussi avec beaucoup de travail et ... de plaisir!

Partager cet article

Repost0
12 août 2007 7 12 /08 /août /2007 21:50


Vous connaissez tous , je pense, ces moments de doutes lorsqu'on se demande ce qu'on fait ici, où on va; quand on en a marre de trimer, de persévérer, etc.. enfin tout ça. Et bien voici un poème qui en parle.




EXISTENTIELS


Le doute
                  
Pourquoi faire?

Je doute
                                
À quoi ça sert?
Redoute

        
                            À quoi bon?
                                Ca ne sert à rien
                                       Ce n'est pas la peine
                                                      C'est trop difficile

Ce doute
                                                                                     Ca n'a pas de sens, aucun sens
                                                                                      quel sens? ...

Je doute et redoute ces doutes
Et pourtant il faut faire et les faire taire
Avancer et y aller, où? ... là où je redoute ...
Dans cet enfer que semble être la vie
Dans ces moments de doutes circonstanciels, existentiels
Taire, ils doivent se taire ...

Ciel, là-bas, es-tu là?
Ciel éternel ... probable bataille encore là-bas ...
Non, c'est mieux ici-bas,
Je n'en doute pas
Alléluia!

Bonheurs imparfaits, luttes sans fin, soupirs des soirs, des matins
Perpétuels refrains ...
Sans aucun doute!

Circonstanciels, existentiels,
vous pouvez vous en aller, mes doutes si personnels,
Vous en aller sur les glaciers de l'éternité!
Il n'y a de certitude que dans ce là-bas
Donc ...
Doute, il faut que j'habite avec toi!





Et j'enchaine sur deux gravures, eaux fortes à la roulette, Brunissoir et burin d'après les dessins de

 François-Gédéon REVERDIN

que j'ai découverts à l'exposition au

CABINET DES ESTAMPES de GENEVE


consacrée justement à cet artiste Genevois qui dessinait des détails choisis de tableaux de grands peintres comme

DAVID, INGRES pour ensuite les faire graver.


Donc, des oeuvres du 19 siècle, très classiques d'une beauté parfaite hallucinante, Les dessins de Reverdin sont fabuleux et les gravures, placées en juxtaposition, sont d'une précision extraordinaire et d'un relief remarquable. Il paraît que le graveur utilise un espèce de peigne pour graver sur le cuivre (on peut aussi graver sur du calcaire, du linoleum, du bois) des cheveux par exemple, afin que les courbes de chaque cheveux soient exactement les mêmes. Remarquez l'oreille sur la deuxième image, la première étant

un détail déssiné par Reverdin du tableaux par A.L. GIRODET nommé le DELUGE

La main exprime bien la force du désespoir! Et les cheveux ...!

C'est beau non et puissant. On ne sait plus dessiner ainsi aujourd'hui! Et là ce n'est plus le doute mais l'espoir du désespoir!
































Partager cet article

Repost0
9 août 2007 4 09 /08 /août /2007 21:13


Je suis allée voir mon banquier hier au sujet de mon problème d'appartement - je dois le quitter  31 octobre prochain. C'est trop proche, impossible de trouver en si peu de temps quelque chose de correspondant, dans la même région afin de rester à proximité de ma fille pour la soutenir car elle se sentirait abandonnée si j'allais trop loin. Dans mon quartier les prix sont très élevés, alors je fais opposition en espérant obtenir une prolongation. Le propriétaire veut le mettre en vente sans donner aucune justification. Bref, je fais le tour de la question en regardant même la possibilité d'un achat quoique très peu probable.


J'aime bien les BANQUIERS SUISSES et je parle en connaissance de cause car j'ai des élèves dans les BANQUES PRIVEES DE GENEVE. Contrairement à ce que l'on pourrait croire car on pense à argent évidemment, bourse, lingots d'or, etc..., ce sont des personnes très humaines, au service de la clientèle, au service de leurs avoirs, leurs biens les plus chers, le produit de leur travail. Vous me  direz qu'ils sont surtout au service de la banque; oui, mais à travers et grâce à la confiance placée en eux par leur clients. Ils sont avant tout à leur service, tout en connaissant les limites et possibilités de la banque. Je vous assure que j'en ai fait l'expérience personnelle - ils vous conseille dans votre propre intérêt. Et je ne peux pas en dire de même pour certaines Compagnie d'Assurances Vie par exemple. Je ne peux donc que vous conseillez LES BANQUES SUISSES et leurs BANQUIERS.

J'en viens à mon sujet: Mon banquier m'a dit quelque chose que j'aimerais partager avec vous :

 C'est une citation d'EURPIDE, poète de drames tragiques Athénien du Vème siècle avant Jésus Christ!! (Drames comme Médée, Andromaque, Elektra, etc.)

(on n'invente rien!) et que j'ai fait mienne depuis longtemps. Elle s'avère toujours et encore d'actualité:


TOUJOURS S'ATTENDRE À L'INATTENDU AFIN D'ÊTRE PRÊT  À LE SAISIR LE MOMENT VENU!



C'est ce que j'ai fait dans cette deuxième tranche de ma vie car je ne savais où cela me mènerait et je ne le sais toujours pas. Je garde les yeux ouverts et je saisi ce qui vient; ce qui ne veut pas dire que je garde toujours mais je regarde toujours.





JE RETOURNE CHAQUE PETITE PIERRE QUE JE TROUVE!



Je ne me souviens plus pourquoi je voulais vous donnez cette aquarelle, je ne me souviens plus du lien avec ce qui précède, mais puisque je l'ai décidé, je m'exécute. Le poème correspondant suivra.




MAIN SUR UN SEIN














Non, il faut que le poème suive maintenant, ça fait trop bizarre tout seul.




 JUSTE UNE MAIN SUR UN BOUT DE SEIN ...



Mains doucement palpant,
Sentant le grain,
La consistance de cette existence,
Parlant en ce langage des sens,
Mystère sans nom
Inexplicalbe en syllabes

Seins, doux rappel du flot lacté essentiel
Sucer, triturer, extraire la vie, l'essence d'une vie

Mains, s'aventurant à dessein
Avec égards, avec pudeur
De l'enfance l'innocence
Soupesant, écoutant de ces yeux extralucides
La mélodie des intimes s'accordant

Mains sensibles, caressant l'éveil des sensations
Menant plus loin, au fond, en haut sur la vague, dénudant
L'ensemble des sentiments
Se nichant plus loin qu'à fleur de peau,
Discourant, recherchant le dedans, les frémissements,
Ces ravissements
Mains, tenant l'univers entre ces seins

Juste une main sur un bout de sein ...

Partager cet article

Repost0
5 août 2007 7 05 /08 /août /2007 23:06
Aujourd'hui je vous parlerai de la


FETE NATIONALE SUISSE DU PREMIER AÔUT

 
- comment se passe-t-elle dans ce petit pays si farouchement indépendant, avec une armée de milice forte, ce qui veut dire que nos hommes ont encore leur équipement militaire, inclusivement le fusil militaire, à la maison! Je dis bien encore, vu la tradition et la fierté de cette confiance placée en eux, mais à cause d'incidents de plus en plus fréquent set de suicides (mon fils!), le front militaire craquelle!

Ce pays qui en fait est une mosaïque de petits pays qui ont décidé, à partir d'un nucleus de trois cantons, les cantons primitifs comme on les appelle (Uri Schwitz Unterwald en Suisse Allemande qui sont absolument ravissants) de s'unir pour se défendre contre leurs voisins, notamment les Habsbourg (d'origine Suisse du Canton d'Argovie où leur château existe encore!!!) en 1291. Ce sont donc des montagnards rudes et libres qui se sont jurés alégeance sur une fameuse prairie nommée Grûtli dans le Canton d'Uri.

Par la suite, d'autres canton sous Evêché comme St Galle par exemple, Zürich, etc.....ont décidé que cela pourrait être intéressant pour eux également pourvu qu'ils puissent garder leurs coutumes, langues, chacun ayant une histoire toute particulière. De grandes batailles furent gagnées par ces rudes gaillards lanceurs de pierre qui ne s'en laissaient pas compter comme LA BATAILLE DE MORTGARTEN où le fleur de l'Armée des Habsvourg fut décimée - le duc Léopold 1er d'Autriche ayant décidé qu'il fallait  donner une leçon à ces rustres qui osaient défier son pouvoir en ne saluant pas le couvre-chef de son


 BAILLIF - histoire de GUILLAUME TELL!


E
t bien, dans un défilé, les SUISSE, donc les trois cantons d'origine les ont bombardés de pierres, étant sans armures ni chevaux, ils étaient bien  plus agiles et de grands costauds connaissant leur territoire,d'où plus tard, leur réputation de plus valeureux soldats d'Europe (reste


 les GARDES PONTIFICALES  qui veillent activement sur LE PAPE). Il s'engagaient en REGIMENTS ENTIERS AVEC LEUR COLONEL pour un Duc ou l'autre qui était donc sûr de gagner grâce à eux. (ils se sont d'ailleurs fait massacrer pour LOUIS XIV, fidèles au poste)


 et c'étaient une façon de gagner sa vie, car la vie était très rude en Suisse durant longtemps. Ce fut un pays d'émigration jusqu'au début du 20ème siècle, agricole, sans ressources, les fermes étaient petites et on ne pouvait pas les diviser entre plusieurs fils - donc l'aîné héritait et les autres devaient s'en aller chercher fortune ailleurs.

Autre bataille décisife, celle contre le DUC DE BOURGOGNE, très puissant à l'époque, qui voulait comme le DUC DE SAVOIE, accapparer ces territoires de passage, donc dimes, etc...Il fut aussi vaincu et tout son trésor parti chez les Suisses. Je crois bien qu'il est mort lors de la bataille - ceux qui sont férus d'histoire peuvent me le corroborer s.v.p.

Et bien sûr il y eu la bataille de l'ESCALADE ici à Genève 1602 lorsque le DUC DE SAVOIE (qui habite à Genève avec sa jolie jeune femme française! dont j'ai fait la connaissance lors d'une Fête d'Escalalde) essayé de s'emparer de la ville, sans succès. GENEVE fut au déparat un Evêché, puis devint une République, ville de foire depuis toujours, ville où ont toujours afflués des étrangers, des réfugiés dont les protestants Genève devenant la Rome protestante, ville convoitée par ses voisins qui ne demanda qu'au milieu du 19ème siècle à rejoindre la CONFEDERATION HELVETIQUE au sein de laquelle elle reste une République pouvant à tout moment, se détacher. Genève n'est pas la Suisse, mais elle est une certaine image de la Suisse pour l'extérieur. Genève c'est spécial!

Ainsi d'autres cantons avant Genève ont rejoint le groupement d'origine. On s'est bien bagarré à un moment donné, on s'est fait une petite guerre de religion entre catholique conservateurs et protestants progressistes autour de 1850 qui fut gagnée par "notre" GENERAL GUISAN (romand) et une CONSTITUTION fut finalement conçue après le passage de NAPOLEON qui voulait tout centraliser, comme a son habitude, ce qui ne convenait pas aux Suisses mais tenait d'une certaine logique, puisque un pays, spécial était né et qu'il fallait trouver un moyen de s'accorder globalement.

Bref, j'en reviens au sujet - LA FETE NATIONALE. Il n'y a pas de défilés militaires nulle part le concept de base de l'armée étant l'esprit de défense et non d'attaque. Mais partout vous verrai des feux de joies, les bûchers rapppelant le bûchers que les trois cantons d'origine s'étaient donné comme signalement lors de danger pour appeler les autres au secours. Il n'y avait pas de téléphone ni de tambours, alors on allumait un feu sur la cime d'une montagne. Et ainsi, si vous traverser le pays ou faite le tour eu bateau du  Lac Léman, par exemple le 1er AOÛT, vous verrez plein de feux sur les montagnes et de petits feux d'artifices de joies; on chante l'hymnd national bien sûr, les maires et hommes politiques font leur discours annuel, on mange une soupe campagnarde et on grille des saucisses toute frâiches. Tout le monde est là, les villages sont rassemblés autour du feu de joie et les chalets sont décorés de trente six mille petits drapaeux suisses et du canton. C'est très convivial, simple, recueilli en fait. et joyeux mais d'une façon intériorisée. On est heureux de vivre dans un pays en paix, de pouvoir travailler en paix et de pouvoir veiller à l'avenir de la nation dans son ensemble tout en gardant ses particularités comme la langue, le système scolaire, les vacances car elles sont différentes de canton à canton, les impôts aussi, etc.. tout; il n'y a qu'un minimum de centralisme.

En tout dernier j'en viens à la célébration à GENEVE, qui est une ville vraiment multiculturelle (45% d'étrangers au minimum de tous pays, un mélange incroyable qui pourtant vit en paix et tranquilité même si cela craquelle par-ci par-là - chapeaux aux autorités, aux citoyens de réussir à maintenir cet équilibre fragile en pensant toujours et encore au mot clé:


 INTEGRATION, OBSERVATION DES LOIS PAR TOUS ET POUR TOUS! Et un minimun de SAVOIR VIVRE EN COMMUN, DE RESPECT POUR L'AUTRE ET POUR SOI. ET FETER ENSEMBLE!!


Je suis donc allée à LA FÊTE DE LA VILLE et non dans une des communes car chaque commune organise sa fête avec son maire autour du Feu de joie, au PARC DES BASTIONS (anciens ramparts de la ville) , parc dans lequel se trouve l'ancien bâtiment de l'Université, au coeur de la ville. Un grand feu d'artifice à lieu juste contre LE MUR DES REFORMATEURS (protestants) en haut duquel on aperçoit les hôtels particuliers des vieilles familles de LA VIEILLE VILLE MOYENNAGEUSE - c'est beau! Et après on allume le feu de joie - un bûcher de 16m sur un socle de sable de 8m de long et large et 40 cm de hauteur, sécurité oblige. Les pompiers sont là pour prévenir tout incendie. Tout le monde, de toutes races et couleurs est là, mange, regarde, chante et se mélange. Puis on danse dans le quiosque à musique. J'ai retrouvé le partenaire avec lequel j'avais dansé l'année passée et l'année d'avant, par hasard, cette fois-ci je ne crois plus que c'est un hasard! Nous dansons merveilleusement le rock ensemble - ma danse préférée!

Et nous sommes retournés au feu qui avait pris une forme absolument artistique - photo malheureusement de mauvaise qualité car prise avec le mobile, excusez!!!. L'un des pompiers travaillait dur pour ordonner les planches par dessus comme il faut et il n'a pas gâché l'oeuvre. Je l'en ai félicité et lui et son compagnon sont venus vers moi et m'ont  révélé un petit secret:

APRES LE FEU ILS (les pompiers) FONT GRILLER UNE SAUCISSE DANS LES CENDRES DU FEU AVANT DE RENTRER A LA CASERNE! C'est leur récompense! Ils étaient tout jeunes et gentils et ils sont revenus pour poser pour moi! Ce fut très très mignon!!

Et voilà le 1er août en ville. D'autres sont partis fêter tranquillement dans un petit village en montagne, par exemple ou ont fêté chez eux. J'aime bien le 1er août et j'ai aussi mis quelques petits drapeaux à ma terrasse. Plus bas vous verrez les photos que j'ai prises et vous les identifierai facilement. La première représente les salves de canons (25 je crois au nombre des cantons suisses) avant la cérémonie et je peux vous dire que c'est fort. Sur un champ de bataille ça devait être terrible!!!

C'est un des canons repris à l'armée de NAPOLEON!























Partager cet article

Repost0

Articles Récents

Catégories