Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Recherche

30 octobre 2020 5 30 /10 /octobre /2020 22:47

Deux de mes aquarelles pour vous, mes chers lecteurs, pour la Toussaint et le Jour des morts,le jour du souvenir

SOUVENIRS SI CHERS

Les souvenirs se déteignent lentement

tel ce miroir dans lequel je me regarde en toi

certains jours plats.

Comme un mirage dans le désert, si intensément réelle,

en surgit parfois ma vie d'autrefois

 

L'essence des souvenirs de toi, mon être si cher,

s'est fondue dans mon âme,

ma chair s'en est imbibée, mon coeur s'en nourrit

et la mémoire en a déposé les souvenirs dans cette boîte à trésors

que j'ouvre de temps en temps lorsque le besoin m'en prend

ou que j'entends, que je sens ta présence si réelle

transpercer le voile de l'irréel.

Mon intuition est ce lien par lequel tu me guides

vers ce qui est, doit rester pour moi l'essentiel.

 

Le miroir se déteint car la vie continue

se nourrissant du deuil intérieur, de nos souvenirs,

terreau du changement à accomplir

s'effectuant tout doucement en ton nom.

 

 

 

 

Et deux de mes aquarelles pour le dire: L'eau de mémoire et une goutte de plus qui tombe

et l'0eil qui  voit dans l'Infini...

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0
2 avril 2020 4 02 /04 /avril /2020 00:58

LA SÈVE DES RÊVES qui nous mène dans ce VORTEX, une de mes aquarelles 

Dans les brumes opaques de la nuit

explosent parfois des orgasmes électriques ; passé, avenir jaillissent

dont les illuminations explosives sont la sève extra-lucide des rêves;

mystères inexplicables, immanences pourtant réelles.

Ces rêves déchirent le voile de ce qui ne se dévoile

dans le quotidien turbulent que l'amour outrepasse inopinément.

Une main écarte alors le rideau de la transcendance 

et renaissent ces images chères, sans lendemains, dont ne reste que des incrustations aveugles

dont les âmes gardent l'indélébile trace.

 

Ainsi en est-il de ces rêves répétitifs dont surgit le paroxysme de l'horreur ;

volcan explosant, crachant sa sève incandescente de sang, striée des cris des innocents ;

horreurs poursuivant le témoin des nuits durant ; odeur de souffre s'infiltrant dans son inconscient.

 

Et de même en est-il dans ces rêves prémonitoires dont les rigoles d'avertissement se répandent

dans ton inconscient jusqu'au jour, ce jour de l'accident ...

Tu le savais, et tu le sais mais rien tu n'y pouvais, rien tu n'y peux ...

 

Et ta sève ne coule plus, et ta sève s'est tarie. Le néant t'as envahi.

La sève des rêves a transcendé le conscient.

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0
21 mars 2020 6 21 /03 /mars /2020 01:09
LA PASSION ARDENTE. Acrylique sur canevas. 60 x 60 cm . 2020

SI J'ÉTAIS UN HOMME

 

Si j'étais un homme je te dirais

que ta chevelure est le filet qui me capture,

que ton parfum me transfigure, m'aspire dans ton monde si proche

et pourtant si mystérieux;

ce monde de la femme, cette énigme douloureux.

Je te dirais que tes lèvres me donne la soif de ton désir affleurant,

comblant mes attentes d'engouffrement dans ton corps s'ouvrant;

que tes yeux sont le miroir des reflets de nos corps se rejoignant.

 

Je te dirais que la chute de tes reins me renvoie à d'archaïques instincts

libérant mes désirs régaliens;

que tes courbes sont les dunes de mes désirs,

sables ondulant au rythme de mes mains les effleurant;

que tes seins aux boutons roses me démontre ton désir vers moi tendu,

suspendu ...

 

Je te dirais que tes cuisses s'ouvrant sont une lancinante joie me parcourant,

me convulsant;

que ton orchidée est un havre de douceur sublimé par tes spasmes répétés.

 

Je te dirais ô combien ton corps me rassure,

combien le retrouver me régénère.

Tel un aveugle, ses sentiers connus je parcoure, sentiers tant aimés.

Tes paysages me rassurent,

tes paysages me comblent, dunes ma psyché émouvant,

bosquet si frais m'accueillant ...,

oasis de paix s'illuminant.

 

Si j'étais un homme je te dirais ...

 

Mais je suis une femme et je te dis :

Non, il n'y a rien à dire,

Il n'y a rien de meilleur qu'un homme dans ton lit.

rien de meilleur pour le remplacer ...

Non, aucune chaufferette, aucune bouillotte

ne chauffe autant qu'un homme en compote

à tes côtés, tout cuit, à point.

après des ébats, tout serein.

 

Non, rien ne vaut un homme dans ton lit

pour te lisser tes soucis et te redonner la vie.

 

Soyons solidaires, SUIVONS LES CONSIGNES À LA LETTRE pour nous mêmes, nos chères et tous et laissons les peurs de côtés ,ce sont de mauvaises conseillères et ne nous réfugions pas dans le déni et le "je m'en fiche" car si vous si vous l'attraper,vous ou votre copine ou maman ou papa ou frère et soeur ce virus , vous êtes cuits, ! et vous regretterai... Il se transmet par le toucher , et la salive les postillons.

RESPECTEZ LA DISTANCE DE 2 MÈTRES!

Partager cet article

Repost0
27 février 2020 4 27 /02 /février /2020 12:54

Le grand deuil en nous avec ses souvenirs qui remontent un de ces jours gris, froids, hostiles... et cette petites huile représentant tous ces beaux si colorés souvenirs voletant en nous au plus profond dont la mémoire profonde nous enrichis

SOUVENIRS SI CHERS

 

Les souvenirs se déteignent lentement

tel ce miroir dans lequel je me regarde en toi

certains jours plats.

Comme un mirage dans le désert, si intensément réelle,

en surgit parfois ma vie d'autrefois

 

L'essence des souvenirs de toi, mon être si cher,

s'est fondue dans mon âme,

ma chair s'en est imbibée, mon coeur s'en nourrit

et la mémoire en a déposé les souvenirs dans cette boîte à trésors

que j'ouvre de temps en temps lorsque le besoin m'en prend

ou que j'entends, que je sens ta présence si réelle

transpercer le voile de l'irréel.

Mon intuition est ce lien par lequel tu me guides

vers ce qui est, doit rester pour moi l'essentiel.

 

Le miroir se déteint car la vie continue

se nourrissant du deuil intérieur, de nos souvenirs,

terreau du changement à accomplir

s'effectuant tout doucement en ton nom.

 

 

 

Partager cet article

Repost0
19 novembre 2019 2 19 /11 /novembre /2019 01:29

et j'ai sûrement un ou deux poèmes que je vais chercher dans mes classeurs. Mais j'ai poursuivi mon travail comme si de rien n'était et tout comme d'habitude juste changé un peu ma nourriture, plus de charcuterie, plus de légumes vert selon le livre de Schreiber et c'est tout mis à part cette détermination de ne pas le laisser faire et de rester positive. Mais pour ma fille c'est différent car je ne peux pas faire é sa plce mis à part de la soutenir moralement en parlant d choses normales pas en plus du cancer aux heures de visites, le matin étant déjà révolus au soins. Elle est très courageuse et assume

 

Partager cet article

Repost0
3 novembre 2019 7 03 /11 /novembre /2019 03:25

Un de mes pastels, LES ROUGES LARMES DU COEUR, PORTEZ LES COMME UN BIJOU PRÉCIEUX ET LAISSEZ LES VOUS PÉNÉTRER UN MOMENT, CE MOMENT, LES BONHEURS SERONT D'AUTANT PLUS  APPRÉCIÉS. Laissez-les vivre un moment, ils le valent bien.

one of my pastels, THE HEART'S THE RED TEARS , WEAR THEM LIKE A PRECIOUS JEWEL ET LET THEM STAY A WHILE, HAPPY MOMENTS WILL BE ALL THE MORE APPRECIATED . Don't stifel them, let them live in you for just a while, they are worth it.

ACTUALLY  I HAD WRITTEN THIS POEM FOR A BELOVED BEHIND THE VEIL,MY SON IN FACT WHO LEFT US IN 1994  BUT NOW THAT CANCER HAS BEEN DECLARED ON MY DAUGHTER, THIS PAINTING EXPRESSES IT TOO! iT IS SUCH A SHOCK AND SO EXCRUTÎATING BECAUSE SHE IS ALSO SCHYZOPHRENIC SINCE 1991 BUT STABLE SINCE 5 YEARS AND HAS MANADED TO MAKE HERSELF A SOMEWHAT AS MUSC AS POSSIBLE HAPPY LIFE AND NOW THIS! CANCER....MY HEAR FELT JUST LIKE THIS PASTEL....but I must FACE THIS TOO FOR HER AND COME WITH A SMILE ON MY FACE TO SEE  HER!

 

'THE PAIN

The silence... nothing left

but pain

This silence in music is only expressed,

the pain is left

I dwell and live my soul is emptiness

in silence expressed ... nothingness is so full

of pain...

I cannot express

I cannot overcome

the pain of missing

that silences express

Nothingness, so full, is only left

The pain

in silence,

the nothing in missing is left

 

The silence, the nothing, the missing ... I don't how to express...

Overcome, I do not know,

overcome, I cannot do

 

The pain is silence in music only fullfilled

The « nothing » is left ...

 

Overcome, ... this nothingnesse's silence I cannot do

The pain, the silence, the nothing are mine,

 

The silence of missing's nothingness is full of pain, all mine.

Oui, cette suffrance est à vous, cette  perte, qui vous empli ce moment , non vous n'êtes pas vide, vous n'êtes pas un tronc creux ,vous n'éprouvé pas l'ennui ....NON, VOUS SOUFFREZ  MAIS VOUS 'ÊTES VIVANT !!!

Yes this suffering is yours, this loss that spreads and fills you all right now.... ou are not empty,you are not an void tree trunk, you are not bored, NO, YOU SUFFER... YOU ARE ALIVE!

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0
3 novembre 2019 7 03 /11 /novembre /2019 03:01

Ce sera un de mes tableaux d'abord

Notre amour les rejoint au delà de la stratosphere, je vous le dis et vous le savez...

Our  love meets them beyond the stratosphere, I know and so do you!

 

 Et de mes POEMES D'UN DE CES MOMENTS COMME MAINTENANT OU AU BORD DE L'EAU EN ÉCOUTANT LES VAGUELETES LÉCHANT LE SABLE , TOUT JUSTE APRÈS LE CRÉPUSCULE... UNE DE CES AMBIANCES OU PRESQUE JE LÂCHE... UN MOMENT COMME ÇA OÙ C'ÊST TROP... ET L'ÂME S'ÉCHAPPE VERS L'AU-DELÀ...

And one pf my POEMS OF ONE OF THOSE MOMENTS AS NOW OR JUST AFTER SUNDOWN SITTING ON THE BEACH AND LISTENING TO THE WAVES LIKING THE SAND,.. ONE OF THOSE MOMENTS WHEN IT GETS TO BE TOO MUCH AND i FEEL LIKE JUST LETTING LOOSE, LETTING GO, FALLING OFF... AND THE SOUL ESCAPES TO BEYOND SPACE ...

 

ONDE DU SOIR

La vague se retire

irisée du pourpre doré du soleil couchant

s'évanouissant au creux des collines azurées.

 

Mon âme s'ouvre

embrassant les amours passés.

Je ressens cette nostalgie

couvant en moi, se confondant avec ce moment

de déni de ma vie.

 

La vague se retire dans les profondeurs de ma psyché

rejoignant la demeure des ombres

en paisible repos, calmant mes peines,

bercées par l'ondée.

 

J'entends la langoureuse berceuse du ressac

s'évanouissant dans mes pensées

de tristesse envahies.

 

La vague revient en un rythme serein.

Longtemps j'écoute et bois ce moment d'Infini.

Enveloppante mélancolie...

Mes doigts s'enfoncent dans le sable se retirant

je perds pied, je perds pied

rien ne me retient dans cette immensité...

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0
10 août 2019 6 10 /08 /août /2019 19:20

 

Les deux encres de Chine sur canevas que je présente représentant Zürich aujourd'hui. La première: la ville fun, dynamique, et jeune; la deuxième la ville de pouvoir financier et industriel.
Les deux encres de Chine sur canevas que je présente représentant Zürich aujourd'hui. La première: la ville fun, dynamique, et jeune; la deuxième la ville de pouvoir financier et industriel.
Les deux encres de Chine sur canevas que je présente représentant Zürich aujourd'hui. La première: la ville fun, dynamique, et jeune; la deuxième la ville de pouvoir financier et industriel.

Les deux encres de Chine sur canevas que je présente représentant Zürich aujourd'hui. La première: la ville fun, dynamique, et jeune; la deuxième la ville de pouvoir financier et industriel.

Partager cet article

Repost0
10 août 2019 6 10 /08 /août /2019 19:10

Une de mes  petites aquarelles, intituléé "Ramages" de 2006, déjà aussi originales que mes tableaux actuels

TENDRES, SENSUELLES HISTOIRES

Tu illumines de tes fantasmes notre livre d'histoires

tendres et sensuelles,

guère ternies par le temps s'écoulant;

enluminures ornant le missel de nos amours;

vitraux colorés racontant notre passion résistant au temps,

festonnant nos quotidiens,

nos coeurs s'unissant dans un coït réjouissant,

régénérant, jamais lassant.

 

Tu viens et reviens

et c'est à chaque fois la même sensation, différente en même temps:

plénitude et complicité étonnante,

guère ternies par le temps s'écoulant.

 

Tendres et sensuelles effusions,

renouvelées depuis des ans,

lorsque la vie nous en laisse le temps.

Inséparables nous restons à nous réjouir, pantelant, reconnaissants.

 

Tendres et sensuelles histoires

plus riches que les fantasmes dont tu me brodes des mouchoirs

parfumés des larmes secrètes versées dans le silence

de mon confessionnal matinal.

 

Tu m'illumines les jours, festonnés de nos amours

guère ternis par le temps s'écoulant...

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0
12 février 2019 2 12 /02 /février /2019 22:41

TREIZE ANS POUR MON BLOG AVEC VOUS!!

IT'S MY BLOG'S 13TH BIRTHDAY TODAY,

THANK YOU EVERYBODY FOR READING ME!

Je vous remercie tous, mes chers lectrices et lecteurs, de votre fidélité à ma poésie et peinture, accompagnées de mes commentaires personnels.

 

ET CELA ME FAIT TOUJOURS PLAISIR 
raison pour laquelle je le  maintiens toujours et

RAISON ENCORE MEILLEURE, C'EST QUE JE VOUS FAIS PLAISIR

Me voici lors d'un récital de poésie avec un excellent saxophoniste et un public qui a apprécié

Quant à ma peinture, je viens de recevoir une grande appréciation de mon curateur de London! Peter Russu

 

I JUST RECEIVED FROM MY LONDON CURATOR, PETER RUSSU,  FOR MY ARWORKS

 

 ARTIST OF THE YEAR 2018

MARLO FOR THE BEST CREATIVITY AND ART

Et voici un joli petit poème pour vous que tous ont aimé

 

UN BISOU

Tu es si chou mon choux

Que l’envie me vient

De te donner un bisou

Un vrai bisou de tendresse

Comme l’allégresse

Qui emplit mon cœur tristesse

Lorsque mes yeux te caressent

Et quand tu me tresses

Des fils de pécheresse,

Je me dépêche, avec ces tresses,

De nouer l’amour pour un jour

Ou pour toujours

 

 

Portez-vous bien et mes meilleurs voeux à vous tous!!

Stay well, be happy, you can do it, and my very best wishes for all of you 

IT'S MY BLOG'S 13TH BIRTHDAY TODAY,

THANK YOU EVERYBODY FOR READING ME!

Partager cet article

Repost0

Articles Récents

Catégories